Les loisirs dans les canaux d’Amsterdam 2015

Comme le veut la coutume pour les Fêtes du Jeune Fédéral, les loisirs se déplacent pour un weekend prolongé à l’étranger pour une randonnée sur l’eau. Après la Moselle l’année passée, une équipe de 16 personnes s’est déplacée dans la capitale des Pays-Bas.

Un joli programme a été concocté avec des randonnées dans les canaux, une visite guidée de la ville historique (y compris le red light district avec les fameuses vitrines!) et des repas succulents dans des restos et bistrots sympathiques. Quelques-uns ont même profité de faire un saut dans les mutliples musées.

Les bateaux ont pu être loués chez nos collègues du club d’aviron Roeivereiniging Willem III. Ce qui était nouveau pour nous: le club a mis à disposition des bateaux pour 4 personnes avec 2 rameurs et 2 barreurs. Les sièges des barreurs étaient vraiment confortables – mise à disposition de meubles Pfister? Ramer sur les canaux en ville est bien différent d’un déplacement sur le lac!

Daniel Nadelhofer

Infos Rando Berlin 2013

Hello,
La rando à Berlin prend forme et j'ai le plaisir d'envoyer les premières informations, à ceux qui sont déjà inscrits et à ceux qui souhaitent encore profitez de l'occasion.
Cette sortie va être magnifique et si vous avez pas encore visité Berlin c'est le bon moment !
Prochaine Rando Berlin dans 10 ans 😉

D'abord merci beaucoup au frère d'Erika.
Je me suis calqué sur leur randonnée, qui a lieu cette année au mois de mai.
Les étapes journalières sont actuellement encore une copie conforme du tour du club de Brème et seront encore adaptés selon nos besoins.

L'Hôtel
Nous allons loger à Tegel à 20 min. du centre (métro) et à 5 min du club d'aviron Tegel (à pied)
Hotel am Tegeler See www.hotelamtegelersee.de
Prix: de 60€ pour 1 lit à 115€ pour 3 lits

Plans d'eau
A Berlin on peut ramer partout, c'est le paradis 😀
Nous allons parcourir une 10aine de lacs à l'ouest de Berlin, tous reliés par la Havel et des canaux. Le célèbre Wannsee en fait partie !

Découvrez ce beau voyage avec les Google Maps suivantes:
Tour d'aviron - Etapes et lieux de passage
https://maps.google.de/maps/ms?msid=204384193048451236225.0004d98edda83ed777a33&msa=0&ll=52.480689,13.165054&spn=0.244638,0.745697

et concernant les infos pratiques
Arriver - Tourisme / Trajet aéroport - Hôtel
https://maps.google.de/maps/ms?msid=204384193048451236225.0004d9c8396ea5021c448&msa=0&ll=52.494696,13.347359&spn=0.12228,0.372849

La légende à gauche des cartes, affiche toutes les infos et permet de sélectionner un lieu pour zoomer dessus. Zoomez avec l'échelle en haut à gauche de la carte ou glissez le bonne homme sur la carte pour passer en mode Streetview.

Bon voyage 🙂

Prochaines étapes

  • Attendre les dernières inscriptions jusqu'au 28 avril, dernier délai pour s'inscrire ...
  • Récolter les dates d'arrivé / départ des participants pour faire les réservations à l'hôtel
    (pour rappel, l'organisation du déplacement est à la charge de chacun - possibilité d'ajouter 1-2 jours avant et / ou après pour découvrir Berlin)
  • Voir qui dort avec qui
  • Encaisser les frais fixes pour l'hôtel et la location des coulisses (hôtel env. 50.- € / nuit - coulisse 5.- € / jour) pour valider votre participation.

Notre randonnée sur le Rhône en compagnie de Murphy, le 27 mai 2012

Connaissez-vous Murphy ? Mais oui, ce génie qui a formulé la LEM (Loi des Em…..bêtements Maximum). Vous avez certainement déjà entendu parler de lui. Alors voilà : Murphy s’était inscrit à notre randonnée sur le Rhône à notre insu. Laissez-moi vous raconter sa participation :

Rendez-vous pour tous les participants à la randonnée à 7h au club pour le chargement des bateaux. Première surprise : pas d’accès aux outils. Donc : pas de clé de 10 pour démonter les portants des yolettes à charger. Heureusement votre serviteur a toujours une clé de 10 au fond de son armoire dans le vestiaire. Puis une deuxième clé trouvée au fond d’une portière du bus complète notre équipement.

La deuxième surprise ne se fait pas attendre longtemps : la batterie du bus est à plat, puisque la dernière personne à l’avoir utilisé a apparemment oublié d’éteindre les phares…. Donc, petit pontage à l’improviste pour redémarrer le bus.

Une fois les yolettes chargées sur la remorque, nous nous installons sur la terrasse du club pour un café-croissant avant le départ. Je compte les personnes présentes : voilà que nous ne sommes que 9 rameurs : le numéro 10 a complètement occulté son inscription à la randonnée et accepté entretemps un remplacement professionnel. C’est comme ça que notre chauffeur et accompagnateur Hubert est gradé barreur de yolette…

Pendant tout ce temps je garde un œil via le NET sur l’évolution du débit du Rhône. Selon les informations de la SNG le débit du Rhône doit se situer sous le seuil des 450 m3/s pour être praticable en aviron. Toujours selon la même source le débit du Rhône est – en principe – régulé sous ce seuil durant les journées du week-end. D’ailleurs à partir de jeudi le débit était quotidiennement tombé sous le seuil des 250m3/s à partir de 6h du matin. Mais – la loi de Murphy oblige – non pas ce dimanche, journée de notre randonnée ! Après moult coups de téléphone entre divers services de la ville de Genève, les SI de Genève nous confirme : aujourd’hui la consigne est de baisser le niveau du lac, donc : les vannes de régulation restent ouvertes, et par conséquent le débit du Rhône restera au-delà de 550 m3/s.

Entretemps nous sommes arrivés au bord du Rhône : eh oui, le débit est bel et bien plutôt élevé et le courant assez impressionnant ! Petit briefing entre randonneurs : que faire ? Finalement nous décidons d’envoyer une équipe cobaye pour tester si la remontée contre le courant et l’accostage au ponton sont faisables. Résultat positif ! A 10h30 nous partons explorer à deux yolettes les méandres du Rhône entre le pont Butin et le barrage de Verbois. Contre le courant nous ne sommes pas trop rapides, mais alors avec le courant nous nous envolons le long des rives du Rhône qui sont étonnamment sauvages. Il fait beau et chaud, très chaud. Petite pause et changement du barreur vers le barrage de Verbois, puis nous attaquons la remontée de la rivière contre le courant.

Le kilomètre le plus difficile est le dernier lors de l’approche du ponton : le courant est tellement fort que nous avons l’impression de ramer sur place. A 13h30 nous sommes finalement tous de retour à la base de la SNG. Après le démontage et le chargement des yolettes nous partons – mais non pas sans difficulté : le terrain est raid et l’herbe humide : le bus ne réussit pas à remonter la pente : alors tout le monde dehors et on pousse ! En passant on ramasse avec la pointe d’un des bateaux un petit poteau qui – insidieusement – s’est placé juste là.

La prochaine étape- repas et baignade pour les adeptes aux Bains de Pâquis se déroule sans heurts (Murphy a dû faire sa sieste à ce moment là).

Mais dès notre retour à Morges il est de nouveau de la partie. Sous la pluie battante d’un orage d’été le bus avec remorque se retrouve complètement coincé entre des voitures dans la zone 30km/h à l’approche du club. Après quelques palabres diplomatiques les conducteurs des voitures sont plus ou moins d’accord de reculer pour nous laisser passer – sauf un. C’est que le conducteur – un homme d’un certain âge – se trouve dans l’incapacité de conduire en marche arrière. Votre serviteur doit finalement le guider en marche arrière pour faire dégager notre bus…

Mais ne croyez pas que c’était la dernière participation de Murphy : non, non. Il est resté avec nous jusqu’ au bout : après avoir déchargé, nettoyé et rangé les bateaux il fallait encore pousser le bus dans sa place de parking car la batterie était définitivement morte.

En voyant le lac à Morges avec des couleurs spectaculaires de fin d’orage et dans un état parfaitement ramable, Laurence – c’était sa première randonnée aujourd’hui – m’achève avec cette réflexion : « en fait, pourquoi on a déplacé les bateaux pour ramer ? »

31 mai 2012, Britta

Randonnée du Bugey 19-20 septembre 2009

Samedi matin. La nuit est encore noire d'encre quand s'ébranlent les 2 véhicules qui nous transportent, 2 yolettes donc 10 rameurs, jusqu'à Chanaz, coquette petite localité située dans le Bugey. La randonnée,prévue sur 2 jours nous fera parcourir en tout une septantaine de kilomètres, samedi sur le Lac du Bourget et dimanche sur le canal du Rhône. Après une solide pluie sur l'autoroute et quelques errements, nous arrivons sur place et les bateaux sont mis à l'eau  à l'heure. Le temps s'éclaircit puis devient magnifique et le lac du Bourget, atteint de Chanaz par le pittoresque canal de Savière, nous offre son visage le plus aimable et paisible. Un excellent repas à Aix-les-Bains nous redonne du « jus » pour le retour. Après ces 40 km environ, le soir, un repas gastronomique puis une bonne nuit de repos nous remettent en forme pour la descente du Rhône le lendemain.  

De nouveau, la pluie nous cueille au réveil, mais, charitable, elle cesse devant notre détermination à continuer la randonnée. Café chaud et croissants, puis les bateaux sont mis à l'eau sur le Rhône cette fois. Heureusement, le courant est imperceptible et ne rendra pas le retour trop pénible. A Virignin, le club local nous concocte un repas exotique excellent et nous revenons par le même chemin, soit environ 30 km.

Ces deux belles journées, qui ont réuni, dans un ambiance joyeuse et amicale, une trentaine de bateaux, étaient magistralement organisées par le Comité de Savoie d'Aviron.

Merci aux organisateurs et aussi à Françoise qui a conduit à bon port, camion et remorque à bateaux, avec une sûreté et une habileté dignes d'éloges.

En résumé, magnifique randonnée qui a réuni tout ce qu'un rameur de loisir peut souhaiter: beau temps mais pas trop de soleil, eaux calmes, bonne nourriture et joyeuse ambiance. Mais que d'autre veut le peuple?

Monique