15 février 2020 belle journée d’entraînement pour nos athlètes.

Peu de vent, un soleil brillant et un bon lac voici les ingrédients d’un entraînement réussi.

Please follow and like us:

Inverno Sul Pô 2020 Turin le 9 février

TURIN, le 09  février 2020 – Nombre record de participants  pour la 37e édition de la régate internationale longue distance « D’inverno sul Po » samedi en bateaux courts et dimanche en 4x et 8+ avec la participation de 2 035 athlètes. Parmi les athlètes qui participeront aux compétitions, la présence de 45 athlètes qui ont ou qui vont participer aux Jeux olympiques.

Le nombres d’athlètes est exceptionnel pour cette éditions. De nombreux clubs venant des Émirats arabes unis, de France, d’Allemagne, de Grèce, d’Israël, des Pays-Bas, du Royaume-Uni, de Roumanie et de Suisse. Le club d’aviron Esperia-Torino se félicite de l’extraordinaire participation à cette nouvelle édition qui, outre la traditionnelle forte composante sportive et compétitive, a l’ambition de se concentrer sur deux thèmes transversaux et d’actualité, la protection de l’environnement et la santé humaine.

Notre club a fait ce déplacement avec 3  quatre de couple. Cette compétition s’inscrit dans la préparation de saison 2020.

Malheureusement Thalia malade n’a pas pu faire le déplacement nous lui souhaitons un prompt rétablissement.

Merci à Kevin et la famille Micheli pour les transports et la logistique.

Pour les résultats nous pouvons retenir 3 chiffres. 7, 10,11 voici les places de nos bateaux.

4x seniors

Seniors :Raphaël Ahumada, Eliot Séfaranga (Lausanne Sport) Noé Mossi, Maxime Hauzeur

4x juniors

Juniors: Ulysse Rolland, Louis Micheli, Romain Ricci, Merlin Hauzeur

4x seniors femmes

Seniors femmes: Margaux Oural, Louis Martin, Agnes White, Chiara Maekin ( Vésenaz)

Bonne suite de préparation à tous.

Please follow and like us:

Un tandem dédié: les études et l'aviron d'élite

Être un athlète d’élite comporte des avantages et des inconvénients. Comme pour tout emploi ou toute étude, il y a des contraintes de temps, des pressions et du stress. Mais de nombreux athlètes d’élite combinent leurs engagements dans l’aviron de niveau professionnel avec un autre travail ou des études. Voici un aperçu de la manière dont ils s’y prennent et des raisons pour lesquelles ils trouvent cela important.

Lundi matin aux Championnats du monde d’aviron de 2019 à Linz Ottensheim FISA Igor Meijer

La plupart des athlètes d’élite passent 3 à 6 heures par jour, six jours par semaine, à s’entraîner. Il peut être difficile de trouver du temps pour étudier, ou même d’avoir l’énergie nécessaire. Mais les études peuvent également permettre de se distraire du stress de l’entraînement, d’activer le cerveau et de développer une carrière.

Kerri Gowler, du 2x  femmes néo-zélandaises, étudie la psychologie à l’université Massey. Pour Gowler, les études sont une bonne distraction.

« Quand je suis fatiguée, je préfère parfois faire une sieste ou faire autre chose que d’étudier, mais j’aime vraiment rentrer chez moi et apprendre quelque chose de différent et arrêter de ramer », déclare Kerri Gowler. 

Tom Mackintosh, membre de l’équipe kiwi, étudie le commerce international à l’université Massey et pense que cela apporte plusieurs autres avantages clés.

« Les études ouvrent d’autres façons de penser et de résoudre les problèmes, et cela m’a aidé dans le bateau de nombreuses façons différentes », dit-il.

Mais les rigueurs de la combinaison d’une vie universitaire et du sport d’élite demandent beaucoup de dévouement et de temps. Dans un autre coin du monde, la championne olympique néerlandaise Maaike Head parle de certains des défis qu’elle a dû relever et de la façon dont elle les a surmontés.

« C’était vraiment important pour moi que Josy (entraîneur principal) me donne l’espace nécessaire pour le faire. Il savait à quel point c’était important pour moi », dit Maaike Head.

Head étudiait pour devenir médecin et a effectué ses stages dans le cycle olympique qui a mené aux Jeux olympiques de Rio. Ils ont établi un calendrier pour qu’elle termine ses études un an et demi avant Rio. Après cela, elle reprendrait l’aviron à plein temps avant les Jeux. 

« Vous avez besoin de personnes flexibles autour de vous », dit-elle. « Un entraîneur flexible, des coéquipiers flexibles, et des gens flexibles à l’université. » Un des conseils qu’elle donne est qu’il est possible de créer ces situations autour de vous, de construire votre soutien.

« J’ai essayé de savoir qui était responsable de la planification à l’université et j’ai expliqué ma situation. La plupart des gens ne comprennent pas ce qu’est le fait d’être un athlète. Je leur ai dit : « Je veux gagner une médaille olympique, mais j’ai besoin de vous (pour m’aider) pour y parvenir ».

Le principal conseil de M. Gowler est d’avoir une bonne gestion du temps. « Planifiez à l’avance pour que les choses soient faites plus tôt, afin de ne pas avoir la pression supplémentaire des missions ou des tests pendant une période d’essai », dit-elle.

Et Mme Mackintosh s’efforce de prendre les choses une étape à la fois. « Mon principal défi a été de revenir d’un voyage à l’étranger et d’avoir environ six semaines de retard dans mes cours. Je n’arrête pas de m’épuiser à force de suivre les cours. Quelques heures ici et là, c’est beaucoup ».

Mais pour tous les athlètes, les études leur permettent de se frayer un chemin dans l’avenir.  « On ne sait jamais quand sa carrière d’athlète peut se terminer, donc avoir une autre option en place est assez important », dit Gowler.

« Je pense qu’il est très important que vous ayez quelque chose d’autre à faire une fois que vous avez terminé », dit M. Head. « Beaucoup de gens se concentrent uniquement sur ce qui est maintenant. Mais j’ai toujours eu une vision à long terme. Je savais que j’allais arrêter l’aviron et si j’avais attendu trop longtemps, je ne serais jamais devenu chirurgien ».

Extrait d’article de worldrowing.com du 4 février 2020

Post expires at 12:03pm on Tuesday February 25th, 2020

Please follow and like us:

Kévin Rhein nouvel entraîneur du club

Chers membres du Forward Rowing Club de Morges, Je vous adresse à tous mes meilleurs vœux pour cette année 2020. J’ai le plaisir de rejoindre votre club en tant qu’entraîneur pour cette nouvelle année et je me réjouis déjà de m’intégrer dans cette belle équipe rouge et blanche.

Pendant plusieurs années, que ce soit en France ou en Suisse, j’ai eu le plaisir d’entrainer des pratiquants et pratiquantes de tous les âges et de tous les niveaux. J’aurais donc à nouveau l’honneur d’apporter mes compétences à tous les membres du FRC de Morges.

En ce qui concerne les compétiteurs, j’espère que la transition se passera bien étant donné que la saison sportive a déjà commencée. Nous allons rapidement nous mettre tous au travail pour que cette saison soit un succès.

J’ai hâte de rencontrer tout le monde et que nous puissions avancer ensemble. N’hésitez surtout pas à me solliciter si vous avez besoin d’aide ou de conseils, le mieux c’est d’échanger. !( k.rhein(at)forwardrowing.ch)

Au plaisir de vous voir au club ! Et comme dit très justement notre président, portez haut les couleurs des Rouges et Blancs !

Kévin Rhein.

Please follow and like us: